Mon genou

28 juillet : départ pour Bruges-Brest-Paris. 1er signe de douleur dans le genou gauche au bout de 100 kms. C’est anormal.

Etapes Longue distance entrecoupées de repos puis des étapes de plus en plus difficiles au fil du temps, la gêne se transforme en douleur si bien que je me résigne à ne pas finir comme je voulais, c’est-à-dire faire un Brest-Paris d’une traite au bout de 15 jours de route.
Entre temps, le diagnostic du vélociste à Lannion qui détecte que la selle s’est abaissée d’un cm en fonction du repère d’usure sur la tige de selle.
Je sais, j’aurais dû m’arrêter avant, mais le mal était déjà là.

Fin Août : reprise après 10 jours d’arrêt, rien n’a changé, puis je fais des sorties pour m’entretenir, juste le week-end, mais qui me font encore mal, pas une grosse douleur, mais je ne suis pas à 100%.
Mais surtout, ça commence à m’inquièter pour la suite et la reprise d’un entraînement plus intensif à partir de la fin de l’année avec des sorties plus longues pour me préparer d’abord aux BRM qualificatifs du Paris-Brest-Paris au printemps et à l’épreuve qui aura lieu du 18 au 22 août 2019 que je ne veux rater pour rien au monde.

Mi-octobre : après différents soins, et du temps, j’ai moins mal, mais je ne suis toujours pas à 100% de mes moyens. Alors j’ai fini par consulter un médecin, puis après radiographie, échographie et IRM, il s’avère qu’il n’y a pas de lésion – bonne nouvelle, mais la tendinopathie est confirmée.
Alors je vais m’en remettre aux soins d’un kiné qui je l’espère me remettra d’aplomb.

 

Comments are closed.