Mon VTT

Un peu avant NoĂ«l, j’ai fait l’acquisition d’un VTT Rockrider 27,5 pouces, qui est le moyen de gamme de DĂ©cathlon, un vĂ©lo de 2-3 ans ayant peu roulĂ©, Ă  un prix dĂ©risoire vendu par l’intermĂ©diaire du club.

Du coup, j’ai pris la dĂ©cision de m’aligner sur la course qu’organise le club, les Collines de Carnoux.

Pas Ă©vident de s’y mettre, dans nos collines pleines de cailloux, il faut maĂ®triser le pilotage, savoir passer entre des pierres ou des racines, c’est du cross-country. Très technique mais aussi très physique, difficile d’avancer dans les cĂ´tes pleines de cailloux, quasiment impossible de se mettre en danseuse, donc dur sur toutes les parties du parcours. Je me suis entraĂ®nĂ© 4 fois pour faire les 4 tours du circuit de 6,3 kms. Et je me suis senti de mieux en mieux, rĂ©ussissant autant les passages techniques que les montĂ©es dures. C’est donc assez confiant que je me suis alignĂ© sur la course ce dimanche.

Bilan mitigĂ©. La compĂ©tition c’est autre chose. D’abord on se retrouve avec des morts de faim au  dĂ©part. Le vĂ©lo est un sport de bourrins, mais sur la route, on retrouve tout de mĂŞme une certaine beautĂ©, Ă©lĂ©gance qu’on ne retrouve pas en VTT, je trouve. On ne voit que brutalitĂ©, passage en force sur des chemins Ă©troits et ça fonce Ă  un rythme que je ne peux suivre. Bon je sais que je ne cours pas pour finir premier mais lĂ  je me suis vite situĂ© en milieu de classement en me disant que ce serait dur pour rester Ă  cette position.

Je n’ai pas faibli mais je pense avoir Ă©tĂ© handicapĂ© par le fait que je n’avais pas de cales et de chaussures. Je n’ai pas voulu en mettre parce-que je voulais ĂŞtre libre de mes pieds pour me rattraper en cas de glissade ou chute.

J’ai fait 3 chutes. Une première en glissant dans un virage sec oĂą j’arrivais trop vite, sans gravitĂ©. Une deuxième, oĂą justement sans cales j’ai rebondi sur des cailloux et perdu le contact des pĂ©dales ce qui m’a fait chuter en perdant le contrĂ´le. La 3ème a Ă©tĂ© plus spectaculaire. Sur le passage sur la crĂŞte en plein vent, un bout de bois assez gros certainement est venu se mettre en travers de ma roue avant et l’a complètement bloquĂ©, ce qui a provoquĂ© mon passage par-dessus le vĂ©lo qui lui-mĂŞme s’est retournĂ©, un soleil intĂ©gral. Je n’ai pas trop pris cher mais  j’aurais pu me faire très mal Ă  un endroit plus caillouteux. En revanche, c’est la roue qui n’a pas apprĂ©ciĂ©e : 3 rayons cassĂ©s. La roue n’a pas Ă©tĂ© voilĂ©e et j’ai perdu un peu de temps Ă  essayer de rattacher les rayons pour pouvoir continuer Ă  rouler. Mais c’Ă©tait le dernier tour et j’ai pu finir sans trop de gĂŞne.

J’ai pu terminer, finalement pas loin de Francis devant moi, si je n’avais pas chutĂ©, je n’en aurais pas Ă©tĂ© loin…mais quand je vois le classement et les temps, je ne suis pas loin des derniers, il y en a 4 derrière moi, alors soit il n’y avait que des costauds sur cette course, soit il n’y avait pas assez de monde pour niveler les performances afin que je me situe un peu plus haut dans le classement, dans le 2ème tiers, j’auraios bien aimĂ©.

C’Ă©tait une journĂ©e dure, mais pas de gros bobo, la mĂ©tĂ©o la plus moche de cet hiver avec un mistral pas possible mais une bonne ambiance dans le club, c’est ce qu’il faut retenir.

Fini le VTT cette fois, je vais me remettre Ă  la route Ă  100%, en espĂ©rant qu’il fasse moins froid et surtout qu’il y ait moins de vent.

Laisser un commentaire